Interviews

Reportage : dans les coulisses d’un documentaire jeunesse – Mon petit guide pour le jardin.

L’automne la saison idéale pour préparer son jardin !

Préparer votre terrain, plantez de nombreux légumes pour l’hiver, ainsi que vos bulbes de fleurs pour le printemps prochain.

Bref si vous aussi vous comptez vous mettre au jardin ce guide est fait pour vous (et vos enfants ;).

Mon petit guide pour le Jardin, écrit par Anne Clairet, est le troisième guide de la collection du même nom édité chez Editions Grenouilles.

Pour l’occasion de sa sortie en début d’année 2021 j’ai eu la chance d’aller à la rencontre d’Anne Clairet, son éditrice Océane Déruaz et Francis Rossignol un des graphistes de la maison d’édition. J’ai voulu pour vous présenter ce livre, entrer dans les coulisses de la conception à la fabrication d’un documentaire jeunesse chez les Editions Grenouille.

J’espère que la visite vous plaira !

Commençons par quelques questions générales :

1) Comment l’idée de proposer ce petit guide sur le jardin est venue à la maison d’édition ?

Tout d’abord pour répondre à cette question il faut comprendre un peu l’organisation des Editions Grenouille.

La maison d’édition Grenouille s’inscrit dans un groupe appelé Losange qui regroupe 4 maisons d’éditions. Ce groupe fait partie d’une holding qui détient notamment un des groupes diffusant ces maisons d’éditions : Cartothèque (plus spécialisé dans la diffusion des livres en grandes surfaces et jardinerie).

Cartothèque a passé commande pour Grenouille d’une « box jardin » incluant 5 à 6 nouveautés pour mars 2021.

C’est dans ce projet que s’est inscrit la création du petit guide pour le jardin.

2) Mon petit guide pour le jardin s’inscrit dans une collection. Mais comment définit-on une collection ?

Une collection est défini notamment par une ligne éditoriale (ici l’environnement et la nature) ainsi que par un visuel qui lui ai propre.

L’idée est que le lecteur sache du premier coup d’oeil que le livre s’inscrit dans la collection.

Concrètement il y a donc plusieurs cahiers des charges qui vont être défini et appliqué pour qu’un livre rentre dans la collection.

Premièrement une charte graphique : c’est là que Francis intervient ! C’est lui qui crée le principe de maquette de la collection.

Un principe de maquette c’est en gros le modèle.

On crée le visuel : format, présentation, couverture et 4ème de couverture ; ainsi que le nombre de page que l’on souhaite, le nombre de caractère par page et les différentes parties du livre. Une fois la maquette posée, Francis crée ce que l’on appelle des feuilles de styles. Ces feuilles sont en réalité les doubles pages du livre : il crée les typographies, les couleurs…. Le critère le plus important pour la création de ces feuilles est le fait que le livre doit être agréable à feuilleter.

Il y a beaucoup de choses à prendre en compte lorsque l’on crée cette maquette et notamment l’impression finale du guide. (le nombre de page ne s’invente pas ! il y a des règles en matière d’impression)

Ensuite Océane défini un cahier des charges pour passer commande aux auteurs pour la collection. Ainsi dans la collection Mon petit guide, les auteurs doivent mettre des astuces, penser à faire quelques encarts de vocabulaire ou autres, bien définir les parties et respecter un nombre de mots par double page.

Ce travail fait en amont demande beaucoup de travail et d’aller retour entre graphistes, éditrice et directrice d’édition.

Une fois les bases posées la commande peut-être passée aux auteurs.

Ici Océane a passé une commande à Anne Clairet qui souhaitait par ailleurs depuis un moment écrire un livre sur cette thématique.

3) Qui travaillent sur les collections ?

Océane sélectionne les auteurs en fonction de leur envie et leur disponibilité. Entre la commande et la parution il peut se passer une année. Pour les collections Océane ne fait pas appel à un illustrateur c’est Francis qui va choisir avec elle les photos ou illustrations à mettre dans le documentaire (il dispose d’un accès à une base de donnée payante pour un nombre de téléchargement).

Comme il s’agit d’un document pratique illustrations et photographies sont mises en avant dans le guide. Francis propose des idées et s’ensuit un échange avec Océane, Anne et Hélène Tellier (la directrice éditoriale) afin de coller au mieux à la thématique et au texte.

4) Quelles sont les différentes étapes pour arriver au prototype (que l’on appelle Bon A Tirer) du documentaire ?

Nous l’avons vu plus haut, une fois la commande de Cartothèque passée à Océane celle-ci propose à Anne le projet. Après quelques échanges le contrat est signé.

Anne travaille de son côté sur le texte puis échange étape par étape avec Océane. Elle envoie ensuite le texte complet pour relecture et correction.

Océane avec Francis choisissent ensuite l’iconographie (les illustrations et photos) pour le livre.

Francis avec ses collaborateurs effectuent alors le montage final.

De nombreuses relectures et échanges se font ensuite avec Océane, Anne et Francis.

Le photograveur s’assure du calibrage et qualité des photos et illustrations puis met le fichier en pdf pour éditer un premier exemplaire sur une imprimante epson certifiée pour calibrer les machines d’imprimer avant ce que l’on appelle le cromalin (c’est une impression qui sert de validation et calibrage du bon à tirer).

Une dernière relecture est faite pour préparer ensuite le bon à tirer pour ensuite imprimer le guide.

5) et du côté imprimerie ça se passe comment ?

Les devis sont fait environ un mois avant d’envoyer le BAT à l’imprimeur.

Pour Hélène Tellier, directrice éditoriale, il est très important de favoriser le local. C’est pourquoi lorsque c’est possible (cela dépend du coût mais aussi de la faisabilité du livre (choix de la couverture, …) Grenouille fait le choix de l’impression française. C’est ainsi que notamment leurs cahiers d’activités sont imprimés non loin de leur siège social en région Clermontoise. Pour ce petit guide le choix a été fait de faire imprimer en Italie.

Le fichier est ensuite envoyé à l’imprimeur qui calibre le fichier sur sa machine et note les traits de coupes. Retour à la maison d’édition qui valide puis impression chez l’imprimeur.

Les livres sont ensuite acheminés vers leur magasins (librairies, grandes surfaces ou jardineries) par transporteur. Si les droits sont achetés à l’étranger c’est la maison d’édition qui s’occupe d’acheminer directement les livres.

Maintenant que vous savez tout sur la conception et fabrication du documentaire je vous propose de vous intéresser aux personnes qui ont oeuvré pour ce documentaire.

Car derrière chaque livre, il ne faut pas l’oublier de nombreuses personnes travaillent. Et vous le savez peut-être ou pas mais on ne travaille pas dans ce domaine par hasard. C’est la passion qui réunit ces personnes !

Pour concevoir et fabriquer un livre beaucoup de travail et de passion sont nécessaire. C’est entre autre pour cette raison que je souhaite toujours donner mon avis de manière constructive et veut vous donner à voir un peu de ce travail effectué.

Maintenant place à ces 3 personnes qui ont pris le temps de me recevoir et répondre à mes multiples questions pour vous permettre de rentrer dans les coulisses du livre.

Francis : d’un diplôme d’art à graphiste

Francis est graphiste. Il est passionné par le monde de l’édition. Il aime également le fait de devoir pouvoir prendre du recul dans son travail. Dans la publicité les délais sont très courts. Dans le monde de l’édition on s’attache autant au fond qu’à la forme. Passionné de photo il apprécie pouvoir intégrer l’art et la photographie dans son métier au quotidien. De plus c’est un métier en constante évolution donc le travail est très varié.

Francis m’a également donné envie d’en connaître plus d’un point de vue matière et composition d’un livre. Cet objet livre qui nous fascine, nourri nos esprits mais également décore nos intérieurs est un objet passionnant. Si cela vous intéresse je serai ravie de mener l’enquête du choix de tel papier, type d’écriture…..

Océane : éditrice depuis « toujours »

Après avoir terminé ses études à Clermont-Ferrand Océane a travaillé dans d’autres maisons d’éditions avant d’être embauchée chez les éditions Grenouille. Océane m’a ouvert les portes de la maison d’édition afin de me permettre de réaliser mes petits reportages. C’est elle qui m’a permis de vous embarquer dans l’aventure éditoriale et je ne la remercierais jamais assez pour cela. Encore un grand merci !

Pour l’anecdote lorsque Océane a reçu le texte d’Anne pour le petit guide, elle a été touché par son côté nostalgique.

Il y a une part d’Anne dans ce documentaire et c’est agréable.

(Océane)

Anne : autrice inspirée et inspirante

Avant d’être autrice, Anne enseignait le français à ses élèves. L’amour des mots la suit donc depuis longtemps. Depuis qu’elle n’enseigne plus Anne écrit pour le plus grand bonheur des petits comme des grands. La transmission elle le portait dans son ancien métier, et elle le porte encore maintenant. Ecrire un guide sur le jardin était une grande envie, alors quand Océane lui a passé commande elle a sauté sur l’occasion.

L’intérêt de ce guide plutôt qu’un autre réside dans le fait qu’Anne l’a porté avec ses émotions. Elle souhaitait faire vibrer la corde de la nostalgie et la transmission entre aînés et enfants. De plus dans son guide on retrouve les valeurs qu’elle porte : à savoir aller vers une société plus douce intégrant tout le monde.

Ce guide est aussi bien fait pour les novices comme les confirmés. Il s’adresse à tous, il n’est pas genré, Anne a fait le choix pour cela d’adjectif épicène (qui ne porte pas de marque de genre). Elle l’a conçu comme une boîte à outils à partager entre petits et grands. Elle a pu intégrer les valeurs qu’elle partage aussi bien social qu’écologique (petits gestes tout au long du guide).

Bref vous l’aurez compris, ce n’est pas seulement un guide technique, c’est avant tout une transmission de passion et de valeurs !

Ainsi s’achève mon reportage. J’espère que le concept vous aura plu. J’ai pris grand plaisir à échanger et tisser des liens autour de ce chouette petit guide. J’espère également vous avoir donné envie d’en savoir plus sur ce joli guide ainsi que la maison d’édition.

Connaissiez-vous les différentes étapes de la fabrication d'un documentaire jeunesse ? Est-ce que vous voulez en savoir plus sur les livres en général ?

Je précise pour être la plus transparente possible que cet article n’a pas été rémunéré, j’ai simplement reçu Mon petit guide du jardin en service presse et j’ai souhaité développer plus qu’une chronique autour de celui-ci.

Du lien entre les livres·Interviews

Les aventures de Rainette : la tribu des arbres et du ruisseau se révolte

Résumé éditeur

« Un bel album superbement illustré qui raconte les aventures d’une petite rainette. Cette jolie grenouille est catastrophée : les humains veulent détruire la nature où elle vit ! Avec l’aide de tous ses voisins les animaux, elle va mener une révolte pour éviter ce carnage… car il est important de préserver les milieux naturels ! »

Mon avis

Les aventures de Rainette c’est une histoire comme on les aime ici : une histoire engagée, des illustrations toutes douces, un cadre vert et mettant en valeur les animaux. Rainette c’est aussi la sensibilisation écologique en parlant des milieux de vie des animaux. C’est enfin une histoire originale puisque Rainette peut grâce à son auteur et à son illustratrice faire des choses extraordinaires.

De par son originalité j’ai voulu un article un brin décalé pour vous le présenter.

Muni de mon meilleur téléphone et de mon plus bel anglais je suis allée à la rencontre de son auteur, son illustratrice mais aussi sa maison d’édition.

Parceque oui, ces aventures n’auraient pu voir le jour sans ces 3 acteurs ô combien importants pour la fabrication de notre Rainette.

Si l’aventure vous tente je vous propose d’entrer dans les coulisses de l’abum de Rainette

Dans les citations vous retrouverez les initiales CB pour Christian Bourchardy, OC pour Océane Déruaz et AP pour Alice Pieroni (j’ai traduit les citations qui étaient en anglais dans ses réponses).

J’espère que ce format vous plaira.

Entrez n’ayez pas peur !

Les origines…

Laissez moi vous conter la naissance de cette héroine pas comme les autres.

A l’origine il y a une directrice d’édition, Hélène Tellier, qui connaissant les talents d’auteur de Christian Bouchardy lui a proposé d’écrire une histoire pour les éditions Grenouille.

Il y a ensuite son auteur, Monsieur Bouchardy, l’imagination débordante a proposé l’histoire des Aventures de Rainette à la maison d’édition.

Il ne manque plus que celle ou celui qui allait donner vie en image à cette héroïne. C’est ici qu’Océane Deruaz, responsable d’édition, intervient. A elle de sélectionner un panel d’illustrateurs/illustratrices succeptible de « coller » à l’histoire et à son auteur. Une fois les book envoyés, le choix s’est rapidement porté pour le travail d’Alice Pieroni qui a accepté de faire partie de l’aventure.

 » C’est très important pour Christian que ses animaux soient réalistes. Il fallait donc un illustrateur ou une illustratrice capable de rester assez fidèle à la réalité » (OD)

« Elle (Alice)a le sens du détail », « elle sait tout dessiner : les personnages, la nature, les véhicules…. »(CB)

« L’histoire est vraiment intéressante parcequ’elle parle de l’amour de la nature et du respect des animaux, je pense que c’est important d’enseigner ces valeurs aux enfants (…) j’adore dessiner les animaux… »(AP)

Quand images et texte se rassemblent

Une fois l’équipe au complet, Rainette peut prendre vie.

Découle une série d’aller-retour entre auteur/éditrice auteur/illustratrice et éditrice. Commentaires, annotations, c’est le travail de l’éditrice d’être à l’affut du moindre mot, passage à clarifier, répétitions …

« S’ensuivent plusieurs échanges avec l’auteur, jusqu’à aboutir à la version finale du texte.  » (OD)

« les éditions grenouilles sont très respectueuses de leurs auteurs » (CB)

L’éditrice procède ensuite au découpage précis en nombre de page du texte afin que l’illustratrice puisse commencer son travail.

« J’aime bien laisser l’illustrateur assez libre, pour qu’avec l’auteur on se laisse porter par son imagination. » (OD)

L’illustratrice envoie d’abord des croquis qui seront validés par l’auteur et l’éditrice puis les pages colorisées qui seront validées une à une.

« Je n’ai eu aucune difficultés à créer les illustrations de l’album, Monsieur Bouchardy, Océane et moi-même étions souvent d’accord »(AP)

« Une fois qu’Alice nous a envoyé le crayonné, Océane et moi même validons pour qu’elle fasse éventuellement des modifications puis coloriser par la suite. Par exemple, dans la scène où il y a les engins, elle n’avait dessiné qu’un seul arbre, nous avons revu cela ensemble pour que ça paraisse plus réaliste » (CB)

« La majeure partie du temps, pour un album le texte est le point de départ. C’est donc la partie qui va être traitée et finalisée en premier. Ensuite l’illustrateur va pouvoir entrer en scène.

La couverture est l’élément qu’il doit nous fournir en premier, pour qu’on puisse ensuite l’utiliser sur nos nombreux supports commerciaux. C’est un graphiste en interne qui s’occupe de réaliser une couverture avec l’illustration fournie par l’illustrateur. Il fait plusieurs essais, ajoute les éléments essentiels (noms des auteurs et illustrateurs, logos, titre…). S’ensuivent alors plusieurs échanges entre l’auteur, l’illustrateur, la directrice éditoriale et moi pour la validation de cette couv » (OD)

La première vie de Rainette, le prototype

Une fois le texte finalisé et les illustrations terminées, validées et au bon format, le montage du livre peut commencer.

 » Sur certains projets, l’illustrateur ou l’auteur tiennent à nous proposer une typo, sur d’autres nous faisons des tests en fonction du public visé, du style de l’histoire et des illustrations, du format du livre, de la place que prend le texte par rapport aux images…

Je fais ensuite une vérification papier, calage des images, erreurs dans le texte, harmonie entre tous les éléments… après quelques échanges et corrections effectuées par les graphistes, j’envoie le PDF à l’auteur et à l’illustrateur pour validation. Ensuite, direction l’imprimeur ! « (OD)

La quatrième de couverture :

Généralement elle est écrite par l’auteur puis validée par l’éditrice. « Le but est vraiment de choisir les points forts de l’histoire mais de surtout pas trop en dire » (OD)

Après plusieurs relectures, vérifications par les graphistes et l’éditrice, une dernière version spécifique pour l’imprimeur (avec trait de coupe) est établie par les graphistes et Rainette peut prendre vie pour aller rejoindre les librairies.

Rainette arrive chez vous….

Comment choisi t’on la date de parution d’un livre ?

« Tout d’abord le thème. Par exemple, si nous sortons un album sur la nature, les fleurs, etc., nous le publierons plutôt au printemps.Ensuite le contenu et la fabrication. Certains albums avec relativement peu de texte, à l’histoire assez simple, pour les plus petits, nous allons avoir tendance à les faire sortir en début d’année. Au contraire, les albums avec un peu plus de texte, avec un format plus grand et une fabrication un peu plus évoluée, comme Les aventures de Rainette, nous essayons de les faire paraître à l’automne, en prévision des futurs achats de Noël ! Enfin, nous choisissons les dates également en fonction de nos diffuseurs, qui nous proposent un planning avec en moyenne un jour par semaine possible pour les sorties. »(OD)

Une fois la date choisie, l’album imprimé, il va ensuite être acheminé vers les points de vente (librairies, grandes surfaces ….) puis rejoindre vos bibliothèques.

Anecdotes :

Pour la dernière séquence Christian Bouchardy s’est inspiré de faits réels : il s’agissait d’une association clandestine qui se faisait appeler le Gang des clés à molette et qui a inspiré également l’auteur du roman du’même nom, Édouard l’Abbé. Pour savoir de quoi il s’agit je vous invite à découvrir l’album des Aventures de Rainette.

Et psss il paraît qu’une nouvelle aventure arrivera vers octobre, personnellement j’ai hâte de découvrir les nouvelles péripéties de notre Rainette !.

Alors allez-vous vous laissez tenter par les Aventures de Rainette ?